C'est quoi le pitch? Iris, jeune femme de 36 ans, est sur le point de mettre fin à ses jours. Elle vient de perdre ses parents dans un accident de voiture, n'a aucune attache, aucun ami, un travail insignifiant. Un concours de circonstances la retient encore un peu sur terre. C'est là qu'elle découvre par hasard un bar dont la devanture indique un nom peu banal : "Le plus bel endroit du monde est ici". Elle y fait la rencontre de Luca, et pendant quelques jours, ils vont discuter, autour d'un café. Chaque jour, Luca lui délivrera une petite leçon de vie, et progressivement, elle va reprendre sa vie en main, et tomber amoureuse de ce jeune homme. Jusqu'au jour où le bar et Luca disparaîtront. S'ensuit une quête où Iris va essayer de comprendre ce qui lui est arrivé durant ces quelques jours : l'a-t-elle rêvé? Était-ce de la magie?

Mon avis : Un roman coup de cœur ! Les deux auteurs, Francesc Miralles et Care Santos ont parfaitement su doser la part de magie sans que cela semble incongru. "L'invitation au bonheur" mentionnée sur la couverture est justifiée : du moins, ça m'a redonné un peu d'espoir, car Iris, très seule, parvient à reprendre goût à la vie, à se faire une amie, à trouver l'amour, ce qui, de nos jours, est un peu similaire à une quête du Graal. J'ai 26 ans, je suis célibataire, je vis encore chez mes parents et j'ai peu d'amis. Je me suis reconnue dans ce livre. En revanche, moi, mon travail me plaît, j'en suis très satisfaite. On ne peut s'empêcher de s'identifier aux personnages, c'est comme ça.

Le principal message du livre, que je retiendrais parce qu'il me concerne complètement, c'est de se délivrer du passé pour aller de l'avant, profiter pleinement du présent et envisager le futur. Trop souvent, le passé nous emprisonne, nous empoisonne, nous ne parvenons pas à nous en défaire, ou du moins à en retirer quelque chose. Iris doit entreprendre cette longue introspection pour se libérer de ses chaînes.

Mon seul regret, c'est que Luca n'ait pas été son âme soeur. Je n'en dis pas plus, mais je suis sûre qu'ils auraient vécu une belle histoire. On peut voir en lui un beau parleur, il n'empêche que ses paroles sont très justes. Alors je terminerais par cette citation magnifique que vous découvrirez si vous lisez ce superbe roman (court, facile à lire et thérapeutique quand on est au trente-sixième dessous, croyez-moi) :

" Bonnes nouvelles.

N'oublie jamais ceci: tout sentiment a son pendant.

Se sentir malheureux prouve que l'on est capable de se réjouir. C'est une bonne nouvelle.

Quand tu es seul, tu te rends compte à quel point tu serais bien en compagnie de quelqu'un. C'est une bonne nouvelle.

IL te faut souffrir pour apprécier le bonheur de n'avoir mal nulle part. C'est une bonne nouvelle.

Voilà pourquoi il ne faut jamais craindre la tristesse, ni la solitude, ni la douleur, car elles sont la preuve que la joie, l'amour et la sérénité existent. Ce sont de bonnes nouvelles."

  • Le plus bel endroit du monde est ici, Francesc Miralles, Care Santos, éditions Fleuve Noir (2010)
Retour à l'accueil