Un endroit où se cacher

C'est quoi le pitch? Jenna, jeune ado new-yorkaise, voit sa vie basculer le jour où elle a un accident de voiture avec sa mère. Elle survit, pas sa maman, ni le chauffeur contre lequel elles sont entrées en collision. Après quelques semaine d'hospitalisation et de rééducation, elle part vivre chez sa tante : mais Jenna n'est plus la même, elle se demande si elle n'est pas responsable de l'accident, ne veut pas habiter avec son père et sa nouvelle famille, et se lie d'amitié à de mauvaises fréquentations.

Mon avis : J'ai beaucoup entendu parler de l'auteure, Joyce Carol Oates, ces derniers temps. En bien. Je voulais voir ce que ça donnait. Je n'ai pas trouvé ça si fantastique. L'écriture, dans un premier temps. Le style est simple, certes, peut-être parce que l'auteure se met à la place de son personnage. Le sujet, dans un second temps. Pourquoi dans tous les romans pour ados il faut qu'un des parents meurt, ou que l'un des personnages soit à l'article de la mort? Combien d'ados perdent leurs parents? On a l'impression que si les parents ne meurent pas, il n'y a aucun intérêt à raconter une histoire. J'avoue que je n'ai pas eu une vie palpitante, mes parents vivent toujours et ensemble. Les familles monoparentales sont très prisées également. Bon, je remets en cause tout ce qui construit une histoire, mais des livres où les familles sont morcelées, je peux en citer des tas. Je pense au Journal d'un vampire, où Elena Gilbert perd ses deux parents (et après ça elle rencontre des vampires !!!). Dans Hunger Games, Katniss a perdu son papa. Je sais que de nos jours les structures familiales sont très diverses, mais peut-être que je lis trop de romans où il est question du deuil d'un parent.

Ce roman décrit assez bien la période adolescente où l'on se sent mal dans sa peau. De surcoît, Jenna subit cet accident où elle perd sa mère. Elle en ressort fragilisée, meurtrie, en perte de repères. Elle déraille. La douleur physique, mais surtout psychique, qu'elle ressent, la pousse au-delà de ses limites. Elle veut retrouver cette sensation, juste après l'accident, "dans le bleu", cette plénitude, ce monde où sa mère est encore au près d'elle. Elle prend des cachets, se fait des amis peu recommandables. C'est lorsque l'une d'elles se fait violer sans qu'elle ait pu la défendre qu'on la sent prête à se reconstruire.

Le deuil est un long processus de reconstruction. Quand la mort d'un proche est subite, soudaine, l'épreuve est d'autant plus dure à surpasser.

  • Un endroit où se cacher, Joyce Carol Oates, éditions Albin Michel.
Retour à l'accueil