Millenium 4 - Ce qui ne me tue pas

C'est quoi le pitch? Une nouvelle enquête palpitante menée par la hackeuse Lisbeth Salander et le journaliste Mikael Blomkvist sur l'intelligence artificielle.

Mon avis : Sans entrer dans les détails de la conception de ce roman (vendre et se faire de l'argent), allons directement au but en restant critique. La trilogie Millenium créée par Stieg Larsson n'en était pas vraiment une : on pouvait aisément lui donner une suite, l'auteur lui-même en ayant rédigé une bonne partie, inachevée et secrètement gardée par sa femme. Faire appel à un autre écrivain, auteur d'une bio sur Zlatan Ibrahimovic qui a plutôt bien marché ne laissait pas forcément présager d'une qualité similaire, du moins acceptable, à l'oeuvre de Larsson. Il n'en est rien. Croyez-moi ! Les personnages de Lisbeth et Mikael sont fidèles à eux-mêmes, on prend du plaisir à les retrouver, et même s'ils ont l'air blasé au début du roman (forcément, Mikael a probablement atteint son apogée journalistique avec la précédente affaire, et Lisbeth s'en est mis plein les poches pour le restant de ses jours, alors qu'est-ce qui pourrait encore les interpeller en ce bas monde?), peu à peu, la nouvelle affaire qui s'offre à eux les stimule à nouveau, et surtout, leur permet de se retrouver.

On se laisse happer et envoûter par ce thriller, qui s'étale en longueur au début, on a l"impression de faire du sur place (on voit sous tous les angles et selon le point de vue de chaque personnage ce qui s'est passé sur telle période assez courte), alors que l'intrigue, finalement, est résolue en l'espace de quelques jours ! C'est le seul défaut que j'ai trouvé à ce roman: qu'il soit aussi court dans le temps.

En conclusion, je dirais qu'il ne faut pas vous laisser influencer par tout ce qu'on a pu raconté sur le livre et les raisons invoquées pour qu'il soit écrit, même si elles sont fortement commerciales. Si vous ne voulez pas participer au gonflement du chiffre de ventes, empruntez-le dans une bibliothèque, mais ne passez pas à côté car l'univers de Larsson est toujours présent et prégnant. Et quand on voit tout ce qu'on peut faire en informatique, de voir qu'il n'y a quasiment aucune limite et qu'on peut avoir accès à tout en s'en donnant les moyens, ça fait froid dans le dos.

  • Millenium 4, Ce qui ne me tue pas, David Lagercrantz, éditions Actes Sud
Retour à l'accueil