Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

C'est quoi le pitch? Aux Etats-Unis, en Alabama, durant la Grande Dépression, Atticus Finch, avocat, doit défendre un Noir accusé d'avoir violé une femme blanche. Scout, la fille d'Atticus, raconte cette histoire qui a marqué son enfance.

Mon avis : Classique de la littérature américaine, ce roman est un incontournable dont il faut prendre connaissance si vous ne l'avez pas encore lu. Si j'en parle aujourd'hui, évidemment, c'est parce que j'ai appris le décès de son auteur, Harper Lee,mais ça fait quelques semaines que j'ai fini de le lire. Si je n'ai pas écrit cet article plus tôt, c'est peut-être parce que je ne savais pas comment l'orienter pour vous donner envie de parcourir ce roman. Les grands classiques sont toujours difficiles à commenter. Il n'est pas difficile à lire, Harper Lee s'est glissée dans la peau d'une petite fille entre 6 & 10 ans, mais le style est suffisamment mature pour qu'on ne décroche pas au bout de quelques pages. J'avoue que j'ai eu un peu de mal au début, à clairement identifier les personnages, et puis, peu à peu, on se laisse emporter dans cette époque encore pas si lointaine, et si cruellement contemporaine. Ce n'est pas seulement un roman sur le racisme, il est aussi question de différence : leur voisin mystérieux qu'ils n'ont jamais vu et dont ils se montent un film avec toutes les rumeurs entendues ici ou là, la place des femmes dans la société (Scout se comporte comme un petit garçon, ce qui n'est pas du goût de sa tante)...

On voit grandir Scout, cette petite fille déjà très intelligente et très observatrice, qui côtoie peu d'enfants de son âge, excepté son grand frère Jem et un petit qui vient passer ses vacances d'été chez une voisine. Je dirais presque que l'affaire dont est chargée son père (qui ne survient que tardivement dans le roman) est presque secondaire et ne résume pas toute l'histoire, qui est davantage une réflexion sur l'enfance, sur sa perception des choses avec nos yeux d'enfants, qui rend d'autant plus merveilleux et réel ce récit tragique. C'est un roman d'apprentissage bouleversant, qui amène à se poser de multiples questions, comme l'importance d'exprimer sa propre opinion, et de ne pas suivre celle du voisin, par ignorance ou par amitié pour telle personne plutôt qu'une autre. Cet homme de couleur a-t-il vraiment violé cette femme blanche? On réalise très vite que ce n'est pas la question, que sa culpabilité est d'emblée acquise, quand bien même Atticus arrive à prouver facilement que cette femme a crié au loup pour cacher un crime bien plus odieux. Et aux Etats-Unis, combien d'innocents dorment encore dans les prisons, et sont finalement libérés, abandonnés de toute charge pesant contre eux, au bout de plusieurs décennies?

Ce récit nous montre que la justice a encore beaucoup de chemin à parcourir, et est toujours d'actualité. Pour ceux qui trouvent que la vie est injuste, et qui sentent que tout est perdu d'avance, j'espère que "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" saura vous apporter une faible lueur d'espoir, sans toutefois trop vous bouleverser. Ce livre peut réveiller votre côté rebelle, vous aurez envie de taper du poing pour mettre fin à tant d'inégalités... On est tous maîtres de nos destins : le changement, pourquoi pas maintenant, tous ensemble?

  • Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee (Livre de poche)
Retour à l'accueil