Sans télé, on ressent davantage le froid

De quoi ça parle ? Pêle-mêle, des pensées d'une jeune femme qui enchaîne les petits boulots, en attendant que son premier roman soit publié. Elle nous parle de sa vie, de ses déboires (et pas que sentimentaux), de ses théories sur la vie, le sexe, le tout sur un ton très décalé et mordant.

Mon avis : Un vrai coup de cœur ! Titiou Lecoq a une plume libérée, ironique, et un ton savoureux. J'avoue que le titre n'est pas forcément très porteur, néanmoins on ne peut qu'être interpellé par un tel titre, non? Je n'ai pas été déçue : même si au départ, je me sentais un peu paumée à cause la construction de son récit qui part dans tous les sens, on prend peu à peu ses marques et on accepte avec délice toutes ses petites anecdotes qui auraient, ou ont pu nous arriver. On se reconnaît dans son témoignage, dans le fait que nous vivons dans une société où l'on peut rapidement être déconcentré par un petit rien. Et du coup, on repousse toujours au lendemain. Par exemple, elle, elle envoie toujours son loyer en retard, parce que, le temps de trouver le chéquier, une enveloppe... enfin, vous voyez le genre. Peut-être que parfois vous la trouverez un peu neuneu, vous vous direz qu'elle se complique tellement la vie pour trois fois rien ! Enfin, ça, c'est vous êtes un garçon. Parce que je pense que la quasi totalité des filles sont comme ça : des catastrophes ambulantes, des Bridget Jones pathétiques mais tellement attachantes !

Elle adore dormir, n'aime pas travailler, fait des listes pour tout et n'importe quoi, fait des fixettes sur des trucs, bon, parfois craignos (sa liste de la mort, pour illustrer le film Destination finale où, pour ceux qui ne l'auraient pas vu ou ne sauraient pas de quoi ça parle, ton destin est scellé même si tu as échappé à la mort. Donc elle fait une liste de toutes les morts possibles et imaginables que nous, lecteurs qui sommes arrivés miraculeusement à cette page,avons évité jusque-là)

Bien sûr, parfois, elle va très loin dans ses pensées, mais on ne peut que se tordre de rire. C'est léger, de bon ton, ça détend et et ça aide à dédramatiser un peu sur sa misérable existence.

Alors, pour tous les jeunes qui sont bien en peine à la recherche d'un boulot, ou pour celles qui pensent, comme moi, finir vieilles filles, bouffées par des bergers allemands (Bridget !)et pour toutes les fans de Bridget Jones, ruez-vous sur ce bouquin ! J'envisage de poursuivre la biblio de Titiou !

  • Sans télé, on ressent davantage le froid : chroniques de la débrouille, Titiou Lecoq, éditions Fayard
Retour à l'accueil