Villa avec piscine

C'est quoi le pitch? Marc Schlosser, médecin généraliste, est sur le point d'être radié par le conseil de l'ordre pour une possible erreur médicale. Son patient, Ralph Meier, est décédé des suites d'une maladie qui aurait dû être diagnostiquée. Que s'est-il réellement passé? Pour le savoir, Marc raconte l'histoire de leur rencontre, et ces vacances passés dans une villa avec piscine, qui se sont achevées par un événement qui a bouleversé sa vie.

Mon avis: Construction narrative brillante et un suspense (presque) garanti. Résultat : pari réussi. Ce roman tient ses promesses, et même au-delà. Au début, on se demande dans quoi on s'est embarqué. Un roman sur les petits bobos et autres tracas que doit traiter quotidiennement un médecin, ce n'est pas très glamour dit comme ça. Et je dois avouer que tout ce qui touche au monde médical a un effet repoussoir à mes yeux. A juste titre : à un moment donné du récit, Marc a reçu quelque chose dans l’œil, un fragment qui s'est logé et qui lui infecte l’œil. J'ai souffert avec lui, tellement l'auteur la description. Je ressentais la douleur dans mes propres yeux, c'est dire. J'ai énormément d'empathie, alors quand j'arrive à ressentir ce qu'un personnage, donc quelqu’un de totalement fictif, ressent, je me dis que l'histoire est bien écrite. Pareil pour un film, sauf qu'une personne interprète vraiment, donc l'empathie se justifie un peu plus.

Je vous disais donc que l'auteur entame son récit en décrivant le métier banal de médecin généraliste. Sauf que, peu à peu, le médecin se livre, il confie ce qu'il ressent quand il doit jeter un œil, ou plutôt "mettre un doigt", à l'intérieur, si vous voyez ce que je veux dire. La partie peu ragoûtante du métier. Puis, on glisse progressivement vers le cœur de l'intrigue : Ralph Meier était plus qu'un patient, une relation amicale s'était nouée entre lui et Marc. Au point de passer leurs vacances ensemble. Ralph a deux garçons, Marc a deux filles. Tous les deux ont une charmante femme que l'autre aimerait bien avoir. Un soir, tout bascule. Ralph montre son vrai visage, et un tragique événement amènera Marc à revoir sa philosophie de vie et, plus intéressant, le cœur même de son métier. D'où l'importance de ne pas franchir la frontière médecin/patient. J'élude beaucoup pour ne pas vous gâcher le plaisir de découvrir ce roman. Si vous êtes dans la même configuration que moi, c'est-à-dire que vous détestez consulter un médecin (au point d'attendre d'être au plus mal ou de voir que vous ne guérirez pas tout seul - pour l'anecdote, je suis restée aphone 4 jours en espérant récupérer ma voix comme par enchantement), passez outre ce détail, car il y a toute une réflexion autour de ce métier très lourd à exercer, car en première ligne. C'est lui qui, après, décide de vous renvoyer vers tel spécialiste ou pas, il doit rester à l'écoute de tous les maux, même les plus insignifiants (il est dit dans le roman que la plupart des patients qui viennent consulter n'ont rien - l'hypocondrie est sûrement la maladie du siècle).

Je ne dis pas que je regarderais mon médecin traitant autrement à partir de maintenant. Parce qu'il y a quand même un petit côté flippant dans ce roman. Ralph vient le consulter car il pense pouvoir compter sur lui, avoir confiance. Et, finalement...

  • Villa avec piscine, Herman Koch, éditions Belfond
Retour à l'accueil