Blasmusikpop

C'est quoi le pitch? Dans un petit village autrichien nommé Saint-Peter-Sur-Anger, nous suivons l'épopée de la famille Gerlitzen. Johannes, jeune homme s'apprêtant à devenir papa, apprend qu'il héberge un ver solitaire. Ce qui réveille en lui une future vocation : devenir médecin. Il quitte femme et enfant pour découvrir le monde, et ne revient que 9 ans plus tard, diplôme en poche, cultivé et un peu décalé par rapport aux autres habitants, dont il n'a pas conservé le dialecte patois. Sa fille devient mère et Johannes s'efforcera d'être un grand-père plus présent, en transmettant à son petit-fils une culture et des valeurs qui l'aideront à trouver sa place au-delà de Saint-Peter.

Mon avis : Assez truculent ! Au début, cela peut paraître un peu effrayant, quand on n'a pas l'habitude de se plonger dans un roman avec des noms compliqués (Ilse, Johannes, Alois, Peppi... et je citerai pas les noms de famille, effet repoussoir garanti) qui ne nous font pas écho. Peu à peu, pourtant, on entre dans le récit et on se laisse transporter dans le quotidien de cette petite ville. A vrai dire, les dialogues, en grande partie en patois, pour retranscrire au plus près le phrasé de ce petit village, ne m'a pas autant freiné. Peut-être parce qu'à entendre mes parents et grands-parents utiliser un langage assez proche de celui-ci, j'avais quelque chose auquel me référer. D'ailleurs, en passant, il faut souligner le remarquable travail de la traductrice, qui a dû se régaler à transcrire dans notre langue ce patois autrichien !

Il s'agit d'une histoire familiale, selon les évolutions du temps et de la société. Ce petit village caché dans les montagnes semble fermé et ses habitants vivre en vase clos. Mais lorsque Johannes Gerlitzen s'en va, une première ouverture sur le monde s'amorce. Son petit-fils prendra la relève.

Il s'agit aussi d'une histoire dans l'Histoire, avec de nombreuses références aux grands maîtres comme Hérodote ou Homère, historiographes qui trouvent un écho à mon propre parcours.

Comme moi, laissez-vous transporter par ce livre, ne doutez plus (c'est un pavé, 500 pages, quand même), car ce roman est drôle et fait du bien au moral !

  • Blasmusikpop, comment un ver solitaire changea le monde, Vea Kaiser, éditions Presses de la Cité
Retour à l'accueil