Le mystère Henri Pick

C'est quoi le pitch? Tout commence en Bretagne, à Crozon. Jean-Pierre Gourvec décide de créer une aile dans la bibliothèque où il travaille pour tous les livres refusés par les éditeurs. Quelques années plus tard, Delphine, éditrice, se rend là-bas par hasard et y découvre un chef d'oeuvre écrit par Henri Pick. Elle part à la recherche de ce talentueux écrivain, mort deux ans auparavant. La famille d'Henri est surprise d'apprendre qu'il écrivait, mais accepte la publication, qui rencontre un grand succès. Cependant, certains comme un journaliste, mèneront leur petite enquête...

3 raisons de lire ce livre:

Pour la plume de Foenkinos. Ce n'est pas le premier roman de lui que je lis, et jusque-là, je n'ai jamais été déçue. C'est encore le cas aujourd'hui. Son style est toujours délicat, si je puis dire, fluide, on se laisse emporter par ce qu'il veut nous raconter, car il y a toujours une progression dans son récit. Ce roman, est, certes, moins personnel que les précédents, mais empreints d'une semi-vérité à laquelle on a envie de croire. Au début, j'ai cru que c'était vrai, c'est l'impression qu'il veut donner. Il prend Crozon, petite ville du Finistère, cite des maisons d'édition (en faisant au passage une bonne pub à Grasset), cite des personnes qui existent (et qui seront sûrement flattées d'apparaître dans son livre, tel Frédéric Beigbeder). Sa référence est Richard Brautigan, qui l'a certainement inspiré pour ce roman. En effet, cet Américain est à l'origine du concept d'accueillir tous les livres refusés par les éditeurs.

Pour sa réflexion autour de l'édition et des écrivains en général. On ressort grandi après chacun de ses livres, car on apprend toujours quelque chose. Je ne connaissais pas Brautigan (et maintenant, je suis bien contente d'avoir enrichi mes connaissances culturelles !!!), tout comme son précédent roman consacré à Charlotte Salomon, peintre juive au destin tragique. Je vous invite d'ailleurs à découvrir l'univers de Foenkinos, car il s'agit de l'un de nos plus grands auteurs français contemporains. Dans le cas du mystère d'Henri Pick, il nous parle du rôle joué par les maisons d'édition. Doit-on ressentir de la critique, dans cette histoire? Combien de livres sont refusés chaque année? Et sur quel motif? Pourquoi certains sont plus mis en avant que d'autres? C'est un univers très marketing, avant tout. Faire intervenir les bibliothécaires dans son récit n'était qu'une façon d'exprimer une continuité, le circuit du livre dans son ensemble, car en tant que tels, nous sommes un relais entre le livre et le public. Nous choisissons, d'après de nombreux critères et selon notre politique documentaire, ce qui sera acquis et qui trouvera son public. Bon, j'avoue que Foenkinos a choisi une femme peu professionnelle pour tenir la bibliothèque de Crozon, qui dit à un auteur qu'elle n'a pas acheté son livre parce qu'il est nul, puis, dans un second temps, qui proclame le contraire en disant qu'elle achètera le prochain (sans se poser la question de savoir s'il est nul, car elle sait comment elle le mettra en valeur, sans doute en disant que l'écrivain passe régulièrement à la bibliothèque).

Pour le suspense, et la chute. Comme le roman est bien découpé en parties et petits chapitres qui vous mettront l'eau à la bouche, vous ne pourrez plus décrocher et vous laisserez captiver par le suspense latent. On a envie de croire qu'Henri Pick ait pu rédiger une telle histoire, et pourtant, dès le départ, tout nous semble bancal, ça sent l'entourloupe. Alors on se laisse embarquer et nous suivons les nombreux personnages (éditrice, écrivain, journaliste, bibliothécaire, famille d'Henri) creuser autour de ce grand mystère. La chute vous surprendra peut-être, ou pas, vous l'aurez deviné depuis bien longtemps, mais cela vous fera réfléchir sur les livres, leur contenu, leur auteur, ce qu'on essaie de nous vendre. Tant que l'histoire tient debout, pourquoi douter?

  • Le mystère Henri Pick, David Foenkinos, éditions Gallimard.
Retour à l'accueil