La possibilité d'une île

C'est quoi le pitch? "Qui, parmi vous, mérite la vie éternelle". Voilà la question posée en quatrième de couverture. Daniel, le protagoniste,nous raconte son quotidien et ses amours, mais aussi le monde tel qu'il est devenu, peuplé de néo-humains dépourvus de sentiments.

3 raisons de lire ce livre.

Un peu difficile de vous convaincre, car je reste un peu mitigée suite à cette lecture. Disons qu'il faut s'accrocher (car ce n'est pas hyper joyeux, même si le titre est porteur d'espoir). Il m'a fallu un an avant de sauter le pas. Armez-vous avant d'y plonger.

Pour l'auteur contemporain français Michel Houellebecq. Connu et reconnu, un jour ou l'autre, il fallait nécessairement que je lise un de ses livres. Il a des choses à dire, et utilise ses romans pour exprimer le fond de sa pensée qui, vous l'avez devinée, est assez pessimiste sur notre devenir. Il faut reconnaître son talent, car imaginer le monde tel qu'il deviendra dans plusieurs siècles est assez impressionnant. Ainsi, il a choisi d'alterner les chapitres en suivant Daniel 1 tout le long du roman, avec des chapitres plus courts de Daniel 24 puis Daniel 25, qui sont des clones de Daniel 1. Ce n'est pas évident lors des premières pages.

Pour le côté trash et sans fioritures. Par moments, ça part un peu dans tous les sens, il y a des pages et des pages de coucheries et d'orgies, Houellebecq ne lésine pas à nous décrire le plaisir ressenti par Daniel au moment où il est avec une femme beaucoup plus jeune que lui, Esther. A chaque fois, il est au bord du dérapage et peut devenir un brin choquant, on partage ou pas son avis. En tout cas, cela vous fera peut-être réfléchir sur le sens de la vie.

Car c'est un roman d'anticipation encore d'actualité. Paru en 2005, ces interrogations sont les nôtres aujourd'hui. Il y est question de l'islam, un peu, mais surtout d'une secte dont les adhérents, les Elohim, croissent à une vitesse ahurissante, au moment où le monde renonce à procréer, au sexe... !!! Si je devais retenir le principal message de ce roman (car il y en a tellement! c'est une pépite à débats), je dirais que nous sommes tous à la recherche d'un idéal. Nous voulons être heureux, accéder au bonheur, ne rien regretter. D'où "la possibilité d'une île". Sauf que celle-ci, dans le roman de Houellebecq, n'est qu'une chimère. Rien ne sert de la chercher, l'important est de profiter de l'instant présent.

  • La possibilité d'une île, Michel Houellebecq, éditions Fayard.
Retour à l'accueil