Le livre des Baltimore

C'est quoi le pitch? Marcus Goldman, écrivain, raconte son histoire familiale depuis sa plus tendre enfance jusqu'au jour du Drame. Lui faisait partie des Goldman-de-Montclair : avec ses parents, ils menaient un train de vie simple dans le New Jersey. Le frère de son père, Oncle Saul, représentait les Goldman-de-Baltimore. Marié à Anita, ils ont eu un fils, Hillel, et ont adopté un autre garçon, Woody. Famille prospère à qui tout sourit, Marcus revient sur la fascination qu'il éprouvait pour chacun d'eux, les liens particuliers qui les unissait. Mais aussi l'envie que cela suscitait en lui, la jalousie, et les tensions sous-jacentes. Car tout n'était pas si rose que ça, chez les Baltimore.

3 raisons de lire ce livre :

Le retour du protagoniste Marcus Goldman. Mince alors, je voulais vous renvoyer vers ma critique de "La vérité sur l'affaire Harry Quebert", sauf que... j'ai dû le lire avant la création de ce blog ! Joël Dicker, l'auteur, nous racontait déjà un épisode de la vie de Marcus, jeune écrivain victime de la maladie de la page blanche, après un gros succès en librairies. C'est l'arrestation de son ancien professeur, accusé d'avoir tué une jeune fille avec qui il avait une liaison, qui inspire de nouveau Marcus, qui tend à innocenter son mentor et ami et à découvrir la vérité, coûte que coûte. Cela se passait en 2008. "Le livre des Baltimore" est à la fois une suite (car chronologiquement, Marcus écrit ce livre en 2012) et un retour dans le passé car il remonte à son enfance en compagnie de ses cousins, avec lesquels il formait le clan des Goldman. Et sa rencontre avec Alexandra, la femme de sa vie.

Une histoire familiale magnifiquement racontée et tragique. Il s'agit presque d'une petite dynastie familiale, car il est question de 3 générations de Goldman. Et, comme dans toutes les familles, il y a des rancœurs, des jalousies, et quand tout cela s'accumule, cela conduit inévitablement à un drame. Le Drame, qui sert de trame pendant tout le déroulement de l'histoire, et que vous attendrez impatiemment de connaître. Marcus est rongé par le passé, il n'arrive pas à tourner la page. Ecrire ce livre lui servira d'exutoire pour aller de l'avant, enfin se tourner vers l'avenir, et ne plus se sentir coupable de ce qui est arrivé à sa famille, qui a implosé sans qu'il ne le voit venir. Comme le dit l'oncle Saul, il n'y a pas eu un Drame mais des drames ; le tout est de savoir les surmonter.

Parce qu'on a envie de croire qu'il n'y a pas que notre famille qui est aussi compliquée et émaillée de faits tragiques, parce que vous vous interrogez sur les relations compliquées que vous avez avec vos parents, alors que vous admirez votre oncle et votre tante, et que vous aimeriez que votre cousin soit votre frère, ce roman vous montre quelles peuvent être les conséquences quand les malentendus s'amoncellent et que des sentiments malsains s'emparent de nous et nous empoisonnent.

Un auteur à suivre : Joël Dicker. Un style addictif, juste, efficace : de quoi vous donner des insomnies (j'ai veillé tard quelques soirs tellement l'intrigue m'emportait).

Les deux romans précités peuvent être lus indépendamment puisque les histoires, exceptées leur protagoniste principal, ne se suivent pas et, à aucun moment il n'est question d' Harry Quebert (en même temps, il faut avoir lu son histoire pour comprendre pourquoi). Peu importe lequel vous choisissez de lire en premier, car au final, si vous accrochez à l'un, vous demanderez l'autre aussitôt !

  • Le livre des Baltimore, Joël Dicker, éditions de Fallois.
Retour à l'accueil