C'est quoi le pitch? Isolte et Viola, jumelles inséparables durant leur enfance, ne parviennent plus à communiquer une fois adultes. Suite à un drame bouleversant leur jeunesse, Viola est détruite par l'anorexie et Isolte ne parvient pas à la comprendre. 

3 raisons de lire ce livre : 

Car il aborde l'anorexie. Viola ne s'est jamais bien sentie dans son corps. Seul l'amour de John, la portait et l'aidait à se sentir mieux. Alors, quand elle le surprend en train d'embrasser Isolte... La disparition d'une petite fille et le suicide de leur mère seront autant d'éléments déclencheurs de sa maladie. Hospitalisée, tenant à peine sur ses jambes, il lui manque LA raison pour s'accrocher à la vie et remonter la pente. Et il semblerait que seul John, son amour perdu, puisse être la solution. L'anorexie est une maladie grave, complexe, trouvant son origine dans des moments forts psychologiquement. Viola était plus fragile que sa soeur, elles ont vécu différemment cette succession de malheurs. L'auteure a choisi de donner la parole à Viola, qui s'exprime à la première personne, alors qu'au contraire elle raconte l'histoire de sa soeur. Un exercice périlleux car il semblait plus aisé de faire parler Isolte. Néanmoins réussi car on ne tombe pas dans un cliché, où l'auteure serait tombée dans un roman sur l'anorexie. 

Parce qu'il est question d'amour fraternel et d'un deuil toxique. Les jumelles sont peut-être indissociables physiquement, mais ce sont deux personnalités opposées. Chacune s'est construite loin de l'autre, Isolte a plutôt bien tiré son épingle du jeu (même si on apprend qu'elle se fait renvoyer de son boulot pour un magazine de mode, il lui reste l'amour inconditionnel de Ben), alors que Viola s'est laissée empoisonner par la brutalité des événements surgis pendant leur jeunesse. Même des années après, elle ne cesse d'en parler, elle se raccroche à ce passé qu'elle ne veut pas laisser partir. Pourtant, à un moment, il le faut, pour avancer. Je sais de quoi je parle. 

Parce qu'un drame peut réduire à néant une vie. Ce roman est assez triste, je dois bien le dire. Le cadre est déprimant, même si on sent que les jumelles ont adoré vivre dans cette maison perdue dans la forêt, dans un coin paumé de l'Angleterre. J'ai eu du mal à m'accrocher, même si je dois reconnaître la finesse et la poésie dans la plume de l'auteure. L'histoire est touchante, mais trop plombante à mes yeux, pour mon moral assez changeant. Néanmoins, je suis parvenue à ne pas me laisser aspirer par la mélancolie de cette histoire, je l'ai lue avec une certaine distance. Et je suis plutôt contente de ne pas être tombée dedans, pour une fois. 

  • Jumelles, Saskia Sarginson, éditions Marabout. 

 

Retour à l'accueil