C'est quoi le pitch? Marie quitte son mari Rodolphe le jour de son anniversaire et s'embarque à bord d'un bateau de croisière qui fait le tour du monde en trois mois. Réservé aux personnes seules, Marie ne s'attend pas à faire des rencontres qui basculeront le cours de sa vie : Anne, qui vient de quitter l'homme de sa vie après des années de concubinage, et Camille, jeune femme qui s'est donné pour objectif d'étoffer son tableau de chasse pour revenir plus expérimentée en la matière. Sans oublier le mystérieux Loïc qui ne la laisse pas insensible...

3 raisons de lire ce livre : 

Parce que  c'est une l'histoire d'une amitié intergénérationnelle. Cette expression, "le premier jour du reste de ma vie", je ne la comprends pas vraiment. Comment peut-on l'employer sans connaître son avenir? Récemment, j'ai vu quelqu'un l'employer pour annoncer sa grossesse, comme si avoir des enfants signait la fin de sa vie, que cette personne n'était là que pour se reproduire. Ici, cette phrase marque le tournant que ces trois femmes décident de prendre : renoncer à tout ce qui ne leur convenait pas dans leur vie pour aller de l'avant, prendre un nouveau départ. L'amitié qui naît entre Marie, Anne et Camille est surprenante, mais va se révéler déterminante, comme si elles avaient toujours attendu ce moment, le moment de leur rencontre. Marie a un don pour le tricot, Camille pour le dessin et Anne connaît les bonnes personnes pour vendre ces tricots ornés des illustrations de Camille. 

Pour le voyage autour du monde. Ajoutez à ça un tour du monde qui les marquera à jamais, et cela ne peut que renforcer leur amitié. Partager des instants en nageant avec les dauphins, en découvrant la gastronomie de tel ou tel pays... Si un tel séjour existe à un prix abordable, je pars tout de suite !

Un roman feel good dont on ressort léger et détendu. Le style de Virginie Grimaldi est fluide, les chapitres sont courts mais contiennent l'essentiel : du rêve et une pincée d'humour. Et si le titre vous paraissait un brin pessimiste, vous comprendrez au contraire que ce roman est résolument tourné vers la lumière. Même si vous êtes au fond, vous trouverez le moyen de rebondir en vous aidant des autres. Ne restez pas seul (e). Pour ma part, plus que jamais, j'ai envie de me raccrocher aux autres. Ma solitude est parfois pesante, et plus particulièrement en ce moment. Ce roman me redonne du baume au cœur : oui, il faut  croire que le bonheur existe et avoir foi en les autres. 

  • Le premier jour du reste de ma vie..., Virginie Grimaldi, éditions City. 

 

Retour à l'accueil