C'est quoi le pitch ? Flora a 17 ans. Elle souffre d'une amnésie antérograde; elle oublie au bout de deux heures toute une partie de sa vie. C'est pour cela qu'elle écrit sur ses bras, et qu'elle garde son cahier à proximité, qui lui rappelle qui elle est, et ce dont elle souffre. Pourtant, le soir où Drake l'embrasse, le souvenir reste. Elle s'y accroche, se fixant pour objectif de le retrouver en Arctique, alors que ses parents l'ont laissée seule, partis au chevet du frère de Flora, très malade. 

3 raisons de lire ce livre : 

Pour la prouesse d'écrire sur l'amnésie. Je préfère vous le dire : j'ai failli lâcher dès le départ. Je trouvais l'histoire bizarroïde, Flora ne faisait que répéter les principaux éléments de sa vie, je me disais qu'on n'avancerait jamais dans l'intrigue. Mais peu à peu, nous décollions. Et le véritable exploit était là : se mettre dans la peau d'une personne amnésique. Et c'est ultra dérangeant. J'étais mal pour elle, et c'était tellement bien écrit qu'on finissait par se faire embarquer. A lire, mais pas d'une traite. A lire, parce que l'histoire, bien que simpliste, est touchante, d'une grande justesse. Vous serez impressionné(e) par le courage de Flora.  

Pour Flora, jeune fille bouleversante. Enfin, un souvenir lui reste. Celui d'avoir embrassé Drake, qui soit dit en passant est le copain de la meilleure amie de Flora, Paige. Une amie qui la laisse tomber en apprenant ce qui s'est passé. Alors qu'elle devait prendre soin de Flora pendant l'absence de ses parents, qui quittent l'Angleterre pour la France, là où est Jacob, le frère de Flora. Tout un secret entoure cette famille, et l'amnésie de Flora finit par prendre tout son sens. Peut-elle en guérir un jour ou bien l'empêche-t-on d'être elle-même pour la protéger? 

En quête de sa mémoire, en quête de l'espoir. Malgré l'aspect un peu dérangeant que je mentionnais plus haut, Flora s'accroche, reste positive, avance à petits pas. On n'est pas loin du thriller, on se demande si elle doit faire confiance à Drake, à Paige, ou même à ses parents, qui lui mentent. Pourtant, et c'est ce que j'aime dans la littérature, l'espoir est infime mais il est là. Les auteurs ont ce pouvoir de nous surprendre, de susciter l'espoir, même dans les situations les plus dramatiques. Ce qui est utile pour nous lecteurs, qui parfois, nous apitoyons un peu trop sur notre sort alors que notre vie n'est pas si catastrophique que cela. Je n'ai pas eu pitié de Flora, mais j'ai eu beaucoup de compassion pour elle. Je suis de nature très empathique, que voulez-vous? 

  • Flora Banks, Emily Barr, Editions Casterman, 2017. 
Retour à l'accueil