C'est quoi le pitch? Paris, au milieu des années 70. Mouchka, 14 ans, tombe par hasard sur le journal intime de sa mère, qui est décédée tragiquement quelques années plus tôt. Photographe russe exilée, amie du grand danseur Noureev, la mère de Mouchka y livre tout un pan de sa vie, que Mouchka ignorait. La jeune fille vit également son premier amour avec Gabriel, jusqu'à ce qu'ils soient rattrapés par un lourd passé commun qui risquerait de compromettre leur histoire... 

3 raisons de lire ce livre : 

Une autre époque, un autre pays, une autre vie. J'ai choisi ce roman par hasard, par curiosité. Et j'ai adoré ! Partir en Russie, tout en ayant un pied-à-terre à Paris, dans les années 70, ou dans les années 50, m'a pas mal fait voyager dans l'espace-temps. Pour autant, ce roman a trois voix, celle de Mouchka, de sa mère Nina et de Gabriel est particulièrement bien construit et ne perd pas le lecteur, avide d'en savoir plus sur chacun des personnages. Certains faits ont réellement eu lieu, comme la demande d'asile de Noureev à l'aéroport, alors qu'on allait le renvoyer dans son pays, donnant une dimension un peu "docu-fiction" à ce roman. 

L'art de la photographie : une passion dangereuse? Il y est également question de la photographie, et de son pouvoir. La photo peut-elle tuer? L'histoire de la maman de Mouchka incite à la réflexion. 

Un roman sur le pardon. Que vient faire Gabriel dans cette histoire, qui, au départ, est centrée sur Mouchka et sa maman? Quel est le lien qui s'établit, progressivement, imparablement? Gabriel vient d'apprendre la mort de son père en Afrique. Un père au passé trouble, qui a commis l'irréparable voilà sept ans, et qui a fui au lieu d'assumer les conséquences de son acte. Un acte qui pourrait bien séparer définitivement Mouchka et Gabriel, alors que leur amour naissant semblait indestructible. Sauront-ils y faire face et pardonner? L'histoire d'une autre époque, et aussi une belle histoire d'amour à l'épreuve du temps. 

  • Rendez-vous à la Datcha, Marie Bertherat, éditions L'Archipel (2009)
Retour à l'accueil