C'est quoi le pitch? Diane a perdu son mari Colin et leur fille Clara dans un accident de voiture. Depuis plus d'un an, c'est la dégringolade : elle se laisse aller, ne sort plus, ne travaille plus. Son meilleur ami Felix est le seul qu'elle tolère encore près d'elle. Quand ce dernier lui suggère des vacances, elle choisit Mulranny, en Irlande. Là-bas, elle y rencontre ses propriétaires Jack et Abby, qui ont un neveu un peu bourru qui habite juste à côté, Edward...

3 raisons de lire ce livre :

Un roman sur la reconstruction après le deuil. Diane a tout perdu et ne sait comment reprendre sa vie en main. S'exiler lui semble être la meilleure option. Je suppose que c'est plus que nécessaire, surtout dans une telle épreuve. Elle tournait en rond dans son appart' parisien, et son lieu de travail, un café littéraire (le nom de ce roman) lui rappelait trop de bons souvenirs avec son mari et sa fille. Il lui fallait un dépaysement total pour se reconstruire. Ou du moins, pour se retrouver, dans un premier temps. Le deuil d'êtres chers est une épreuve très longue, que l'on croit insurmontable. Pour ma part, je crois simplement que la cicatrice est éternelle, mais que la douleur que l'on ressent peut s'effacer, progressivement.

Un roman au parcours peu banal. Auto-édité sur la plate-forme Kindle d'Amazon, ce roman a bénéficié d'un bouche-à-oreille sans précédent et a rapidement été repéré par une maison d'édition. Comme quoi, tout est possible, puisque l'auteure est sur le point de publier son quatrième roman à ce jour.

Un roman pour vous redonner foi en la vie. Il suffit de tomber sur les bonnes personnes. Diane croyait-elle tomber sur un homme qui lui ferait à nouveau ressentir de l'amour? Et pourtant, Edward, aussi énervant soit-il, se révèle petit à petit à ses yeux et lui fait voir des jours meilleurs. Sans spoiler, vous n'aimerez pas la fin. J'attends de voir la suite, "La vie est facile, ne t'inquiète pas", car j'ai comme un sentiment d'inachevé, surtout avec ce café littéraire, idée sous-développée dans ce roman-ci, alors que, vous le savez, je prône depuis le début de l'année le pouvoir de la bibliothérapie, ou comment prendre soin de soi par les livres.

  • Les gens heureux lisent et boivent du café, Agnès Martin-Lugand, éditions Michel Lafon.
Retour à l'accueil